395675 Articles référencésÀ la une208 Articles aujourd'hui

Sebta et Melilla, des territoires de non-droit pour les migrants et réfugiés selon Amnesty

Sebta et Melilla, des territoires de non-droit pour les migrants et réfugiés selon Amnesty
59 réactions

African migrants sit on top of a border fence between Morocco and Spain's north African enclave of Melilla during their latest attempt to cross into Spanish territory, April 3, 2014. Spain has more than doubled the strength of security forces at Melilla, after about 500 people stormed its fences in the biggest border rush for years earlier this month. Immigrants from all over Africa regularly dare the razor-wire fences of Spanish enclaves Ceuta and Melilla, which are surrounded by Moroccan terri | Jesus Blasco De Avellaneda / Reuters

IMMIGRATION - Abus policiers, expulsions "à chaud", mauvaises conditions d'accueil... La politique migratoire espagnole dans les enclaves de Sebta et Melilla vient d'être épinglée par Amnesty International.

L'ONG de défense des droits humains a publié, mardi 29 novembre, un rapport dans lequel elle dénonce certaines pratiques "non conformes au droit international" utilisées par l'Espagne mais également par le Maroc à la frontière des deux villes autonomes, qualifiées de "territoires de non-droit".

Manque de protection

Parmi les reproches faits par l'ONG, les conditions difficiles d'hébergement des migrants dans les centres d'accueil temporaire (CETI) des deux villes espagnoles, les discriminations subies par certains d'entre eux en fonction de leur nationalité, et le manque de protection des personnes les plus vulnérables comme les handicapés, les victimes de la traite ou les homosexuels.

Selon le directeur d'Amnesty International Espagne, Esteban Beltrán, la loi sur l'asile n'est également pas appliquée de la même manière à Sebta et Melilla et dans la péninsule ibérique. "Certaines nationalités, comme les Marocains ou les Algériens, sont victimes de discrimination lorsqu'ils sont transférés vers la péninsule et ne reçoivent pas les soins dont ils ont besoin", déplore-t-il.

"J'ai crié à la Guardia civil que j'étais blessé, j'ai fait un garrot avec ma chemise mais personne ne m'a écouté" Le rapport d'Amnesty International est basé sur une série d'entretiens réalisés par des membres de l'ONG sur place au mois d'octobre. Plusieurs cas de mauvais traitements ont été relevés, comme celui de Muhamed, 20 ans, originaire de la Guinée Conakry, qui est resté perché sur une clôture de Sebta pendant sept heures en septembre dernier avec une blessure au poignet. "J'ai crié à la Guardia civil que j'étais blessé, j'ai fait un garrot avec ma chemise mais personne ne m'a écouté", a témoigné le jeune homme.

Des migrants syriens, les seuls à pouvoir réellement faire une demande d'asile, ont également raconté avoir dû payer des grosses sommes d'argent à des passeurs pour obtenir des faux papiers et pouvoir passer. "Les agents de contrôle marocains ont également forcé des membres d'une même famille à passer séparément pour éviter les soupçons", a indiqué un membre d'Amnesty.

Des Marocains homosexuels menacés

L'ONG a aussi rencontré au CETI de Melilla au moins 60 personnes ayant demandé l'asile pour des motifs de persécution fondée sur leur orientation sexuelle, dont un groupe de Marocains qui doivent attendre entre six mois et un an pour être transférés et subissent des discriminations, menaces et même des attaques à cause de leur homosexualité.

D'autres migrants ou réfugiés ont raconté à Amnesty avoir subi des violences physiques de la part des forces de sécurité marocaines et espagnoles. Dans ses recommandations, Amnesty souhaite ainsi que l'Espagne suspende la coopération avec le Maroc en matière de contrôle migratoire.

Elle demande également la fin du retour des migrants et réfugiés dans le royaume, jusqu'à ce que celui-ci s'engage à respecter leurs droits et abroge ou modifie la loi pour indiquer dans quels cas précis les "rejets" peuvent être appliqués aux frontières de Sebta et Melilla.

Sebta et Melilia, territoires de non-droit pour les migrants

Sebta et Melilia, territoires de non-droit pour les migrants

Sebta et Melilia, territoires de non-droit pour les migrants (Amnesty)

Sebta et Melilia, territoires de non-droit pour les migrants (Amnesty)

Le Comité pour libération de Sebta et Melilla dissout

Le Comité pour libération de Sebta et Melilla dissout

Maroc : Les travailleurs marocains de Sebta et Melilla protestent à Rabat

Maroc : Les travailleurs marocains de Sebta et Melilla protestent à Rabat

Maroc-Espagne : « Ne touchez pas à Sebta et Melilla », avertit le MAE espagnol

Maroc-Espagne : « Ne touchez pas à Sebta et Melilla », avertit le MAE espagnol

log.ma sur facebook
Page générée en 2.225s - mise en cache le 2016/12/04 à 16:14