395675 Articles référencésÀ la une208 Articles aujourd'hui

Guerre ouverte entre l’Amica et les professionnels des pièces de rechange

Guerre ouverte entre l’Amica et les professionnels des pièces de rechange
10 réactions

Rien ne va plus entre l’Association marocaine pour l’industrie et le commerce de l’automobile (Amica) et les importateurs de pièces de rechanges. Dans son édition du jour, L’Economiste assure que les professionnels contestent en bloc les conclusions de la dernière enquête réalisée par l’Amica. Celle-ci rapporte que plus de 70% des pièces importées sont non conformes et proviennent de la contrefaçon. Or, pour les professionnels, cette étude n'est pas fiable, les seules données disponibles étant celles du Comité national de la propriété industrielle qui estime que la contrefaçon, sur le marché de la pièce de rechange, est de 20 à 30% et porte essentiellement sur des produits made in China emballés au Maroc.

La guerre entre l’Amica et les importateurs de pièces est donc ouverte. Les professionnels estiment qu’il existe un conflit d’intérêt au niveau du Centre technique des industries des équipements pour véhicules (Cetiev), à l’origine d’une augmentation des frais, des délais et des exigences.

Excédés, les professionnels envisagent de créer une association des importateurs et des distributeurs des pièces de rechanges. 

Autre source de désaccord, le contrôle systématique des pièces de rechange à chaque importation. Pire, les professionnels constatent que le Cetiev est dépourvu les moyens techniques et humains pour accélérer le contrôle. Les délais d’attente dépassent les 60 jours et impliquent des charges en termes de magasinage ou de location de conteneurs. A cela s’ajoute une augmentation des frais de contrôle de 5.000 à 40.000 DH qui a favorisé une montée de l’informel, en particulier dans la ferraille importée.

Pièces automobiles de rechange: Les deux tiers sont non conformes !

Pièces automobiles de rechange: Les deux tiers sont non conformes !

e-commerce : le business est aussi dans les pièces de rechange

e-commerce : le business est aussi dans les pièces de rechange

Attijariwafa bank et Bpifrance accompagnent Renault et l’AMICA

Attijariwafa bank et Bpifrance accompagnent Renault et l’AMICA

durcissement des contrôles à l’importation – Lavieeco

durcissement des contrôles à l’importation – Lavieeco

Maroc: Plus des deux tiers des pièces de rechange automobiles importées sont "non conformes"

Maroc: Plus des deux tiers des pièces de rechange automobiles importées sont "non conformes"

log.ma sur facebook
Page générée en 1.2968s - mise en cache le 2016/12/04 à 16:16