395741 Articles référencésÀ la une255 Articles aujourd'hui

Les premiers membres de la future administration Trump (photos)

Les premiers membres de la future administration Trump (photos)
0 réaction

Le 45e président américain choisit au fur et à mesure ceux qui gouverneront les États-Unis à ses côtés. Le point sur ces nominations.

Le républicain Donald Trump est devenu, le 8 novembre dernier, le 45e président des États-Unis, devançant la démocrate Hillary Clinton. Le lendemain de l'élection a débuté la période de transition présidentielle, avant la prise de fonction du milliardaire le 20 janvier 2017. L'occasion pour le nouveau président élu de prendre connaissance des dossiers en cours et d'organiser son futur cabinet. Dans ce cadre, il a rencontré Barack Obama, le 10 novembre dernier. Pour mener à bien cette période, le magnat de l'immobilier a nommé avec lui une équipe de transition composée de Rudy Giuliani, ancien maire de New York, Newt Gingrich, ex-président de la Chambre des représentants, Reince Priebus, président du Comité national républicain et Jeff Sessions, sénateur de l'Alabama. Donald Trump, lui, dévoile progressivement les noms de ceux qui gouverneront le pays à ses côtés. Le Figaro fait un point sur ces nominations.
 
● Le vice-président: Mike Pence
La tradition américaine veut que le duo présidentiel (président et vice-président) soit connu bien avant l'élection. Mike Pence était donc déjà révélé du grand public depuis le mois de juillet. Le 13 novembre, Donald Trump a annoncé qu'il lui confiait les rênes de son équipe de transition. Ce choix illustre l'importance prise par l'ancien gouverneur de l'Indiana auprès du milliardaire. Âgé de 57 ans, la foi chevillée au corps, Pence est empreint de valeurs sociales-conservatrices. Sa réputation: celle d'un «chic type». Mais le vice-président n'est pas toujours d'accord avec Trump. Il est un ardent défenseur des traités de libre-échange, que son président a juré de démanteler. Il a également pourfendu l'avortement et les droits des homosexuels, sur lesquels l'homme d'affaires est toujours resté flou. Élu à la Chambre des représentants de 2003 à 2013, il est un professionnel de la politique. Et son tempérament discret tranche avec le franc-parler de Trump.
 
● Le procureur général: Jeff Sessions
Jeff Sessions, 69 ans, a très longtemps attendu son heure. Le sénateur de l'Alabama, originaire de Selma, théâtre de marches historiques en faveur des droits civiques en 1965, était un marginal au Congrès comme dans son parti - le plus ancien élu républicain sans présidence de commission. Donald Trump l'a choisi au poste d'Attorney General (ministre de la Justice ou procureur général). Pourfendeur de l'immigration illégale et des accords de libre-échange, inventeur du concept de mur sur la frontière avec le Mexique, Sessions prêchait dans le désert jusqu'à l'apparition de Donald Trump. Sa carrière reste néanmoins marquée par la polémique: en 1986, nommé juge fédéral par Ronald Reagan, il avait été rejeté par le Sénat en raison de soupçons de racisme, malgré ses dénégations.
 
● Le secrétaire à la Santé et aux Services sociaux: Tom Price
Le républicain Tom Price est un farouche opposant à l'avortement et l'Obamacare. Il représente la Géorgie (Sud-Est) à la Chambre des représentants depuis 2004 après avoir travaillé pendant vingt ans dans le secteur privé comme chirurgien orthopédique. «Il est exceptionnellement qualifié pour mener à bien notre engagement d'abroger et de remplacer l'Obamacare afin de donner à tous les Américains une couverture santé abordable et accessible», estime Donald Trump. Ses votes à la Chambre s'opposent à la prise en charge de la contraception, ou encore concernant la protection du foetus et le rejet d'Obamacare. Pour lui, la contraception n'a pas besoin d'être couverte «parce que toutes les femmes peuvent la payer». «Montrez-moi une femme qui ait été laissée de côté, montrez-en une. Il n'y en a aucune. Le fait est que l'on piétine la liberté religieuse dans ce pays», avait-il dit en 2012. L'arrivée de Price à la tête de la Santé a immédiatement suscité des réactions enthousiastes chez les républicains. «C'est vraiment le meilleur choix», s'est réjoui leur chef à la Chambre des représentants, Paul Ryan.








● La secrétaire à l'Éducation: Betsy DeVos
Elisabeth «Betsy» DeVos, richissime philanthrope conservatrice, est une partisane du droit à choisir entre école publique, privée ou enseignement à la maison. Elle dirigera le ministère de l'Éducation, pour «réformer le système scolaire américain», affirme Donald Trump. À 58 ans, elle est mariée à Dick DeVos, l'un des héritiers de Richard DeVos, la 88ème fortune américaine au classement Forbes de 2016 avec 5,4 milliards de dollars. Le magazine explique que les époux DeVos donnent, chaque année, des sommes conséquentes à des organisations chrétiennes et conservatrices. Focus on the Family, The American Enterprise Institute, un centre de réflexion libéral ou encore l'ultra-conservatrice Heritage Foundation ont reçu des dons des DeVos. La future secrétaire d'État est également la sœur d'Erik Prince, un ancien Navy Seal. Ce dernier a fait sa fortune en montant Blackwater, une énorme entreprise de mercenaires pendant la guerre en Irak.
 
● Le secrétaire général de la Maison-Blanche: Reince Priebus
Reince Priebus a été choisi au poste de «chief of staff», secrétaire général de la Maison-Blanche. Le président du Comité national républicain (RNC) n'a guère fait étalage de sa sympathie envers Donald Trump durant les primaires, mais il a réussi à se faire pardonner aux yeux du milliardaire en parvenant à maintenir un semblant de cohésion au sein du Grand Old Party (GOP) après la convention de Cleveland en juillet, rangé de mauvaise grâce derrière Trump. Cette loyauté surprenante a permis aux républicains de revenir sur le devant de la scène, s'apprêtant à exercer une mainmise sur l'exécutif, le législatif et - à terme - le judiciaire (Cour suprême). À 44 ans, le roué Reince Priebus va connaître une consécration suprême en devenant le directeur du cabinet présidentiel.



"Quoi de neuf là ?", thème de la 6ème Marrakech Biennale

"Quoi de neuf là ?", thème de la 6ème Marrakech Biennale

CIA, Justice, sécurité nationale... Donald Trump désigne les nouveaux hommes clés de sa future administration

CIA, Justice, sécurité nationale... Donald Trump désigne les nouveaux hommes clés de sa future administration

La future petite Dacia qui pourrait être fabriquée au Maroc prise en photo

La future petite Dacia qui pourrait être fabriquée au Maroc prise en photo

10 choses à savoir sur Steve Bannon, l'inquiétant bras droit de Donald Trump

10 choses à savoir sur Steve Bannon, l'inquiétant bras droit de Donald Trump

Donald Trump nomme les deux hommes forts de sa future administration

Donald Trump nomme les deux hommes forts de sa future administration

log.ma sur facebook
Page générée en 2.1729s - mise en cache le 2016/12/04 à 18:25