531639 Articles référencésÀ la une164 Articles aujourd'hui

Attaque sur les Champs-Élysées : dès 2001, l'explosion de violence de Karim C.

Attaque sur les Champs-Élysées : dès 2001, l'explosion de violence de Karim C.
1 réaction

Avant la fusillade, l’homme de 39 ans était déjà connu des services de police. Il avait fait preuve d’une rare violence à l’encontre des forces de l’ordre.

Bien avant le drame des Champs-Élysées où il a tué un policier jeudi 20 avril, Karim C. avait déjà eu affaire plusieurs fois à la justice, pour des faits de vols avec violence puis trois tentatives d’homicide. En février 2005, il avait été condamné en appel à quinze ans de réclusion pour avoir tenté de tuer un élève gardien de la paix et le frère de celui-ci.

A Chelles, où il vivait avec sa mère, tout le monde le connaît. «C’est quelqu’un qui a perdu la raison, de psychologiquement vraiment atteint», a confié à l’AFP sous couvert d’anonymat un habitant de son quartier, qui dit le connaître depuis plus de vingt ans. «Ses actes, ses réactions, sa façon de marcher, son attitude étaient en décalage, comme s’il venait de Mars», poursuit-il. «Il a un grain», confirme Salim, qui se présente comme un ami d’un de ses cousins, et assure l’avoir vu pour la dernière fois «il y a deux ou trois semaines».

Né le 31 décembre 1977 à Livry-Gargan (Seine-Saint-Denis), il s’était donc déjà livré, loin de tout contexte terroriste, à une incroyable explosion de violence et de haine anti-policière. La scène se déroule le 6 avril 2001. Ce jour-là, Karim C., 23 ans à l’époque et déjà connu des services de police pour des faits de droit commun, circule à bord d’un véhicule volé à Roissy-en-Brie (Seine-et-Marne). Il a un accident avec une autre voiture dans laquelle se trouvent un élève gardien de la paix et son jeune frère.

Karim C. prend la fuite et les deux hommes décident de suivre sa voiture. Intrigué par la plaque d’immatriculation qui lui semble fausse, le futur gardien de la paix alerte ses collègues. Karim C. ayant fait une nouvelle erreur de conduite, son véhicule finit dans le fossé. L’élève gardien de la paix s’avance alors, brassard de police au bras et essuie des coups de feu. Karim C. touche les deux frères au ventre et prend la fuite. Il sera interpellé peu après et placé en garde à vue. C’est là, le 8 avril, deux jours seulement après sa première agression, que le suspect récidive. Sous un prétexte, Karim C. obtient qu’un gardien de la paix entre dans sa cellule de garde à vue. Il s’empare alors de l’arme du policier et tire à plusieurs reprises. Le gardien de la paix est grièvement touché mais parvient à déclencher l’alarme. Karim C. est maîtrisé.

En l’espace de deux jours, l’homme a tenté de tuer à trois reprises. Il est mis en examen le 9 avril pour tentatives d’assassinat. Karim C. sera condamné en 2003 à 20 ans de réclusion criminelle, ramené à 15 ans en appel en 2005. Douze ans plus tard, on retrouve l’homme à Chelles (Seine-et-Marne) où il se consacrait officiellement à la vente de vêtements sur les marchés. En haïssant toujours les policiers.

Il avait été arrêté le 23 février par la police judiciaire de Meaux, soupçonné de vouloir tuer des policiers. Mais il avait été relâché le lendemain à l’issue de sa garde à vue, faute d’éléments. Depuis mars, il était visé par une enquête antiterroriste confiée à la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) mais n’était pas «fiché S», selon une source à l’AFP.

Abdel, un voisin de 23 ans, a expliqu à l’AFP: «il avait une haine contre la police, contre la France. Il était marqué par la prison. Mais Daech, c’est n’importe quoi». L’homme n’était pas non plus connu comme ayant une quelconque pratique musulmane communautaire. «Je vais souvent à la mosquée, je ne l’y ai jamais vu», dit Salim. Même constat chez un autre riverain, qui décrit un homme «absolument pas religieux».

Source: lefigaro.fr

Article19.ma

Dès 2001, l'explosion de violence de Karim C., l'auteur présumé de l'attaque sur les Champs-Élysées

Dès 2001, l'explosion de violence de Karim C., l'auteur présumé de l'attaque sur les Champs-Élysées

Attentat des Champs-Elysées : l’auteur, fiché S, arrêté le 23 février mais libéré faute de preuves

Attentat des Champs-Elysées : l’auteur, fiché S, arrêté le 23 février mais libéré faute de preuves

Attentat sur les Champs-Élysées: ce que l'on sait de l'assaillant

Attentat sur les Champs-Élysées: ce que l'on sait de l'assaillant

Fusillade aux Champs-Élysées : un policier tué, l'assaillant neutralisé

Fusillade aux Champs-Élysées : un policier tué, l'assaillant neutralisé

L’attaque sur les Champs-Elysées revendiquée par Daesh

L’attaque sur les Champs-Elysées revendiquée par Daesh

log.ma sur facebook
Page générée en 0.918s - mise en cache le 2017/04/30 à 15:48